İçeriğe geç

Emilie dans le parc public

Kategori: Genel

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

Emilie dans le parc publicLa première fois, l’homme est passé à quelques mètres du banc où je m’étais assise pour bouquiner. Il s’est éloigné, mais il est revenu quelques minutes plus tard et s’est arrêté pour me saluer. J’ai levé les yeux de mon livre et je lui ai répondu.J’avais seize ans et j’aimais venir dans ce grand parc public, seule ou avec des amies. Il se trouvait à deux pas du lycée. C’était un vrai dédale et j’étais loin de le connaître par cœur.L’homme s’est approché et m’a demandé ce que je lisais. Ce n’était pas la première fois qu’un inconnu m’abordait de cette façon. Je lui ai donné le titre et le nom de l’auteur, qu’il ne connaissait pas, puis il m’a dit qu’il s’appelait Samuel. Il avait dans les cinquante ans. Un visage et un physique très ordinaires. Des lunettes. Je lui ai répondu que je m’appelais Emilie et, après quelques autres politesses échangées, il s’est assis à côté de moi, à ma gauche. Ce jour-là, je portais une tunique blanche, assez souple, serrée à la taille par une petite ceinture rouge. Mes nu-pieds étaient également rouges. Il faisait assez chaud et le banc se trouvait à l’ombre.« Je ne vous ai jamais croisée ici, m’a dit l’homme. »« Je viens souvent, mais d’habitude je m’installe du côté de l’étang, ai-je répondu après avoir refermé mon livre. »Il a secoué la tête et dit :« Il y a un peu plus de monde vers là-bas. »« Oui. J’avais envie d’être tranquille pour bouquiner. »« Je suis désolé de vous déranger, a dit l’homme. »« Ce n’est pas grave. »Il a de nouveau secoué la tête, tout en baissant les yeux vers ma poitrine. Je ne portais pas de soutien-gorge et je suppose que ça se voyait. En revanche j’avais une culotte.Il a continué :« Je ne voudrais pas vous déranger longtemps, seulement je voulais vous demander quelque-chose. »Je n’ai pas répondu, j’ai attendu la suite :« Verriez-vous un inconvénient à ce que je me masturbe devant vous ? »Je ne m’attendais pas à ce genre de chose. Ça m’a fait un drôle d’effet. D’habitude, les hommes me draguaient et finissaient par me proposer d’aller canlı bahis boire un verre sur une terrasse, ou directement chez eux, mais le coup de la masturbation était une première.J’ai répondu :« Là ? Devant moi ? »« Non, a-t-il dit, pas ici. Dans le sous-bois, derrière nous. Il y a des petites clairières tranquilles. Mais je comprendrais que vous refusiez. Seulement, sachez que je ne vous demanderai rien d’autre que de me laisser vous regarder en me touchant. Juste ça. Jusqu’à ce que j’éjacule, puis on se séparera. Je suis désolé si je vous choque. »« C’est juste étonnant, ai-je dit. »Il a souri et dit :« Il y a un autre homme dans le parc qui le fait, mais il vise plutôt les femmes mariées. Il a mon âge, mais moi je préfère les jeunes filles. Quel âge avez-vous, mademoiselle ? »« Seize. »« C’est parfait, dit-il. Je me suis déjà masturbé devant une fille de votre âge. C’était l’année dernière. Une jolie petite black. Il est très rare qu’une fille accepte ce genre de proposition. Pourtant, je ne leur demande pas grand-chose, sinon de me laisser les regarder pendant que je me branle. Qu’en dites-vous ? »J’ai haussé l’épaule et dit :« Je ne sais pas… Pourquoi pas ? »« Bien, a dit l’homme. Dans ce cas, je vous propose qu’on aille dans le sous-bois. Je vous trouve vraiment ravissante. »On a quitté le banc et je l’ai suivi.Sur le chemin, je lui ai demandé combien de temps il lui fallait pour éjaculer et il a dit :« Tout dépend si on reste silencieux ou si on se parle. En silence, je peux mettre dix minutes, voire un quart d’heure. »« Et vous voulez qu’on parle de quoi ? ai-je dit. »« De vous. »« C’est-à-dire ? »« De votre corps, par exemple. Ou de ce que vous faites avec les garçons. De ce que vous aimez… »Je n’ai rien dit. On est entré dans le sous-bois et on a marché pendant une bonne minute, de sorte à ne plus être visible depuis les allées du parc. Puis l’homme s’est arrêté d’un coup et m’a regardé en disant :« Ici, ce sera bien. Pouvez-vous vous tenir à deux mètres de moi ? »J’ai reculé d’un pas.« Bien, a-t-il bahis siteleri dit en baissant sa braguette. Avez-vous déjà vu un homme se branler devant vous, mademoiselle ? »Je l’ai regardé sortir sa bite en répondant :« Parfois, mais brièvement. Des mecs avec qui je suis sortie. »« Des mecs qui se sont un peu touchés avant de vous pénétrer ? »« Oui, ou avant que je les suce. »« Vous aimez sucer, mademoiselle ? »J’ai haussé l’épaule et dit :« Ben oui. »Sa bite grossissait entre ses doigts. Un beau gabarit.Il a continué :« Moi, j’aime votre corps mince. Je raffole des corps minces et des petits seins. Et les vôtres sont petits. Vous me faites bander. »Je me suis contentée de sourire, sans quitter sa bite des yeux, et il a dit :« Ça vous fait quoi de faire bander un homme ? »J’ai cherché mes mots. Sa bite était raide.« C’est flatteur, ai-je dit. »Il a souri, sans cesser d’astiquer sa queue.« Je peux être encore plus flatteur, si ça ne vous choque pas. »« Allez-y. »« Je pense que tu as une belle petite chatte. »Je n’ai rien dit. Il venait de décalotter son gland qui était tendu à souhait. Il était mauve et il luisait un peu sous les rayons de soleil qui perçaient les feuillages au-dessus de nos têtes.Il a ajouté :« Je vois que mes mots ne te choquent pas. »J’ai fait non de la tête et répondu :« Il en faut plus pour me choquer. »« Vraiment ? Je peux continuer alors ? Tu ne serais pas choquée si je te disais que tu dois avoir un joli petit cul d’adolescente ? »C’est là que j’ai commencé à mouiller.C’étaient les termes exacts que mon prof d’anglais avait employés, deux ans auparavant, après que j’ai baissé ma culotte devant lui, en lui tournant le dos. Il m’avait dit précisément :« Je vais te bouffer ton petit cul d’ado. »Alors j’ai répondu à l’homme :« Je ne suis pas choquée. »Et il a légèrement accéléré le mouvement de son poignet.Il a dit :« Donc, tu es une petite princesse salope. »Je n’ai pas répondu.Je regardais sa queue.Il a poursuivi en disant :« Laisse-moi éjaculer sur ta culotte. »Je n’ai pas bougé, bahis şirketleri je n’ai rien dit. J’ai attendu.Il a dit :« Tu as juste à soulever ta tunique et à me laisser approcher ma bite. Je gicle sur ta culotte et je te donnerai un mouchoir en papier pour t’essuyer. Es-tu d’accord ? »Je respirais vite.Et lui aussi se branlait de plus en plus vite.Dans un soupir, j’ai répondu :« Tout de suite ? »« Oui. »Je n’ai pas bougé.J’ai dit :« Dites-moi d’autres mots. »« Quel genre de mots ? »« Ceux qui vous viennent à l’esprit. »« Tu es sûre de ça ? a-t-il dit en faisant un pas vers moi. »« Oui, ai-je répondu. »« Dans ce cas, petite fée, laisse-moi te dire que je vais barbouiller ta culotte de sperme. Tu aimes ? »Je n’ai rien dit.Je me suis contentée de soulever ma tunique pour montrer ma culotte à l’homme qui se tenait à présent à cinquante centimètres de moi, à peine.« Oh putain, a-t-il fait en fixant ma culotte du regard. »Elle était blanche, en dentelle, taille basse. Mes poils coupés très court dépassaient un peu. Le gland s’est approché à vingt centimètres et l’homme a dit :« Je vais rêver de toi, c’est certain. Tu es trop belle et tu as seize ans. Dès ce soir, je vais me branler encore en me souvenant de ta culotte. »Sur ces mots, tout en maintenant ma tunique relevée jusqu’à mon nombril, j’ai pincé l’élastique de ma culotte et je l’ai baissée un peu, de sorte à ce que l’homme puisse voir ma fine toison.Et là, il a collé son gland à mon pubis. Il a encore accéléré le mouvement de ses doigts et m’a regardé dans les yeux en disant :« Je vais gicler, petite merveille. »Je n’ai rien dit.J’ai porté un doigt à la fente de son gland, puis je l’ai vu fermer les yeux et il a gémi :« Je voudrais te voir toute nue. »Première giclée sur mes poils. Violente.« Je voudrais bouffer ta petite moule. »Deuxième giclée, dans mes doigts. Moins violente.« Je voudrais te pénétrer sans préservatif. »Troisième giclée, suspendue à son gland.« Je veux te faire un enfant. »Une dernière petite goutte jaillit de son gland et y resta collée.J’ai remis ma culotte en place, puis baissé ma tunique.L’homme respirait très vite et fort :Il m’a dit :« Tu ne veux pas t’essuyer ? »J’ai répondu :« Non, ce n’est pas grave. Je prendrai une douche chez vous. Avant de faire l’amour. »:::

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

İlk Yorumu Siz Yapın

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

maltepe escort ankara escort sakarya escort sakarya escort maltepe escort ankara escort mersin escort izmir escort pendik escort pendik escort tuzla escort izmir escort izmir escort izmir escort bayan sakarya escort sakarya escort didim escort gaziantep escort izmir escort izmir escort maltepe escort pendik escort kadıköy escort ümraniye escort kadıköy escort maltepe escort şişli escort gaziantep escort antalya escort ataşehir escort kadıköy escort bostancı escort ensest hikayeler